Logo Vallon Logo Vallon
Téléphone
Crest04 75 25 02 00
Montmeyran04 75 59 39 30
Portes-lès-Valence04 75 57 33 10
Valence04 75 42 87 87
Accueil > Présentation > Lexique > Matériaux utilisés.

Matériaux utilisés.

Les monuments funéraires sont généralement fabriqués à partir de granit, très peu sont en marbre à cause des contraintes liées à la résistance de la matière.



Le granite est une roche magmatique plutonique à texture grenue, c'est-à-dire entièrement cristallisée et composée de minéraux bien développés et visibles à l'œil nu. Celle-ci est le résultat du refroidissement lent, en profondeur, de grandes masses de magma qui formeront des plutons, ces derniers étant actuellement en surface grâce au jeu de l'érosion qui a décapé les roches susjacentes. Ces magmas, acides (c'est-à-dire relativement riches en silice) sont essentiellement le résultat de la fusion partielle de la croûte terrestre continentale. Certains granites (plagiogranites) rencontrés en petits plutons dans la croûte océanique sont, quant à eux le résultat de la différentiation ultime de magmas basiques. Les granites sont formés de minéraux en grains (cristaux), tous visibles à l'œil nu ; cette apparence leur vaut leur nom dérivé du latin granum, grain. Ces minéraux sont principalement du quartz, des micas (biotite et/ou muscovite), des feldspaths potassiques (orthoses) et des plagioclases. Ils peuvent contenir également de la hornblende, de la magnétite, du grenat, du zircon et de l'apatite.. En tout, on dénombre aujourd'hui plus de 500 couleurs de granites différentes.

Les roches volcaniques correspondantes sont les rhyolites.
La composition chimique moyenne du granite est : SiO2 : 72.5 %, Al2O3 : 14 %, (Na2O, K2O) : 9.5 %, oxydes (Fe, Mn, Mg, Ca) : 2 %.
Le granite est une roche acide, dense (densité moyenne : 2,7).
Le granite et ses roches associées forment l'essentiel de la croûte continentale de la planète. Les plus gros monolithes granitiques du monde se trouvent dans le parc du Yosemite, en Californie.

Il ne faut pas confondre « granite » et « granit ». Ce dernier terme est un terme technique utilisé par les marbriers. Il ne définit pas une roche spécifique : le granit est un type de roche non poreuse (l'eau n'y pénètre pas), imperméable (l’eau ne la traverse pas), grenue (constituée de grains visibles à l'œil nu) et cohérente (elle ne s'effrite pas sous la pression des doigts, car elle est formée d'éléments fortement soudés entre eux). Le petit granit des Ardennes est, par exemple, un calcaire.
Les granites au sens large représentent un élément important de la croûte continentale terrestre. Dans certaines régions du monde (Afrique du Sud, Nord Est du Brésil, Nord Ouest de l’Australie), ils constituent jusqu’à 75 % de la surface des roches exposées. Par exemple, la collision de plaques continentales a pour effets essentiels la formation de grandes zones de déformation, mais aussi la production de granites. C'est un des moyens les plus efficaces d’évacuer l’énergie de la collision, soit thermiquement (fusion de la croûte), soit mécaniquement (cisaillements verticaux ou horizontaux). Les granites représentent le mode principal de transfert des éléments, en particulier ceux producteurs de chaleur (Th, U) de la croûte inférieure à la croûte supérieure. Ils conduisent donc à une différentiation chimique de la croûte. De plus ils sont souvent à l’origine de minéralisations dont l’intérêt économique est évident.


Haut de page






Le marbre est une roche métamorphique dérivée du calcaire, existant dans une grande diversité de coloris, pouvant présenter des veines, ou marbrures (veines et coloris sont dus à des inclusions d'oxydes métalliques, le plus souvent).
Certains types de marbres portent des noms particuliers, par exemple le cipolin ou la griotte. Certains marbres, comme le vert antique, composés de calcaire et de serpentines, sont des ophicalces .
Le mot vient du latin marmor.
La sensation de froid que l'on a en touchant du marbre, bien qu'étant à la température ambiante, est due à sa forte effusivité thermique.

Dans l'Antiquité, les carrières du Pentélique, qui surplombe Athènes, de Paros, du Proconnèse dans la mer de Marmara ou d'Aliki à Thasos sont les plus importantes. Leurs productions sont même exportées dès cette époque et l'on retrouve des sarcophages ou des éléments de statuaire de ces marbres dans la plupart des anciennes colonies grecques du bassin méditerranéen.
À l'époque romaine les fameuses carrières de marbre de Carrare, en Toscane commencent à être exploitées. C'est également à cette époque que débute l'extraction dans les gisements de l'Alentejo du centre du Portugal.
Bien que découverts à la même période en Belgique, plus précisément en Wallonie, les fameux marbres noir belge et rouges royal ne connaîtront leurs heures de gloire que plus tardivement Golzinne ou Dinant.En France, on extrait le marbre dans les Pyrénées ; le nord de la France compte quelques gisements, exploités soit en pierres, soit en granulats. On en extrait aussi en Italie et en France dans les Alpes : carrières de marbre vert, (ou serpentines ), en particulier dans la Vallée d'Aoste (carrières de Verrayes) et dans la vallée de l'Ubaye (ancienne carrière de Maurin).
Depuis la plus haute Antiquité, l'utilisation du marbre est liée à l'art et à la volonté des hommes. C'est en effet une matière rare, lourde, fragile et précieuse que seuls des maîtres savent travailler. “Inventé“ par la Grèce antique et d'abord sculpté en rigides idoles funéraires par la Civilisation des Cyclades. Il est ensuite utilisé en blocs massif pour de prestigieuses réalisations architecturales religieuses (statues de divinités, temples, tombeaux) ou politiques (stades). Les Romains qui partagent l'engouement pour ce matériau en systématisent la recherche et développent les techniques d'extraction et de transformation. Le marbre fait alors partie des trésors que ramènent les généraux victorieux des provinces nouvellement conquises au même titre que les métaux précieux, les épices ou les esclaves. L'aura de prestige, d'exclusivité et de luxe ne quittera désormais plus cette matière qui s'illustrera dans les réalisations architecturales et artistiques les plus marquantes de l'histoire humaine (l'Acropole, la ville de Rome, l'église Sainte Sophie (Constantinople), le David de Michel Ange, le Château de Versailles de Louis XIV, les temples jaïns et le Taj Mahal en Inde, l'Arche de la Défense à Paris, le Palais du Parlement à Bucarest, etc..)

Formulaire de contact

Haut de page ------ Page suivante "Thanatopraxie"
Copyright © VALLON Ets Pompes funèbres - Haut de la page - Propulsé par B3clic Creation site e commerce
Ce site utilise des cookies ainsi que des cookies de services tiers, en naviguant sur ce site vous acceptez l'utilisation de ces cookies.. Plus d'informations